Le financement participatif ou crowdfunding : phénomène éphémère ou mode de financement pérenne et durable ?

Vous souhaitez créer une entreprise ou développer la vôtre mais vous rencontrez des difficultés avec vos partenaires bancaires habituels ? Vous souhaitez investir votre épargne dans de nouveaux supports ? Vous vous êtes donc probablement posé la question du financement participatif, en tant que porteur de projet ou en tant que financeur. Néanmoins, vous vous interrogez sur la fiabilité de ces opérations ainsi que sur la faisabilité de ces montages.

Le marché et ses acteurs

Le marché
Pour vous rassurer dès à présent, on note une forte augmentation ces derniers temps du financement participatif. Effectivement, alors que ce marché balbutiait il y a une dizaine d’années, la collecte française s’est élevée à 166 millions d’euros en 2015 et à 233 millions d’euros en 2016, soit une hausse de 40% (chiffres issus du baromètre du crowdfunding).

Le financeur
C’est celui qui contribue au financement. Il peut être donateur ou investisseur selon le type de projet. Il s’agit le plus souvent de particuliers mais des entreprises peuvent prendre part aux plus grands projets. Selon ses appétences, sa connaissance des produits financiers et ses moyens, le financeur sera plus attiré par des projets à caractère social ou des investissements où la recherche de rentabilité est centrale.

Le porteur du projet
Il s’agit le plus souvent d’une équipe, au sein d’une association ou d’une entreprise. Le rôle du porteur de projet est central : il doit convaincre de financer son projet. La communication est donc primordiale, essentiellement via des moyens numériques : réseaux sociaux, communication digitale, web marketing, mailing…

La plateforme
C’est l’intermédiaire entre le financeur et le porteur du projet. Il convient de s’adresser uniquement à des plateformes respectant les obligations en vigueur : notamment être immatriculé en tant que conseiller en investissement participatif à l’ORIAS pour les opérations de prise de participation. C’est la capacité de sélection des projets de l’équipe de la plateforme qui en fait sa qualité et non sa capacité à rechercher uniquement des porteurs de projet.

Les types de financement

Trois types de financements cohabitent au sein des plateformes de crowdfunding : le don, le prêt et l’apport en capital.

Dons : le financement du BFR (Besoin en Fonds de Roulement)
Le don consiste le plus souvent en une contribution modeste du donneur (don moyen à 60€), la collecte donc sera limitée (de l’ordre de 4 000€).
Dans quels cas utiliser le don ? Pour les projets caritatifs bien entendu, mais on peut trouver une utilité non négligeable pour un entrepreneur afin de tester un marché. Ici, il s’agit en réalité de prévente : le donneur achète par avance le produit/ le service commercialisé par le porteur de projet. Outre le fait de tester la clientèle, cela peut également permettre à l’entrepreneur d’acquérir la confiance des financeurs institutionnels (notamment les banques).

Prêts : le financement du bas de bilan
Le prêt consiste à avancer de l’argent à une entreprise pour un projet. Comme face à une banque, plus le projet est risqué plus le taux d’intérêt est élevé.
A qui s’adresse le prêt ? Le prêt s’adresse aux entreprises qui ont déjà une activité établie, généralement à minima 2 ans d’activité. Le prêt peut servir au développement d’une activité déjà exercée dans l’entreprise, le passage à l’international par exemple, ou bien aider au développement d’une nouvelle activité. Le ticket moyen du prêteur est de l’ordre de 400€ tandis que la collecte moyenne est de 130 000€.

Apport en capital : le financement du haut de bilan
Le financement en fonds propres se traduit par une prise de participation au capital d’une société. Afin de faciliter la direction opérationnelle de la société, on regroupera les investisseurs au sien d’une holding.
A qui s’adresse l’apport en capital ? Les projets visés sont généralement d’envergure : la collecte moyenne est de 450 000€ et le ticket moyen de l’investisseur de 4 000€. Ici, le but est d’être actionnaire de l’entreprise visée. On trouvera des projets immobiliers, dans les nouvelles technologies, dans les énergies… Souvent sur un modèle de start- up.

Conclusion

Vous êtes à la recherche d’un financement et vous vous êtes retrouvé dans un des moyens présentés ci-dessus ? A la lumière des différents montages que proposent le crowndfunding ainsi que les montants mobilisés et le volume généré, il apparaît que cette piste vaut le coup d’être explorée. Les équipes d’Allo Expert-Comptable sont à même, dans un premier temps de vous accompagner sur le montage du projet : approfondir avec vous les besoins exprimés, calibrer le montage (en parallèle de moyens de financement autres) et, le cas échéant, dans un second temps de vous mettre en relation avec différentes plateformes présentes sur le marché.

Partager sur ...Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone